Le chemin de fer Bamako- Kayes pour un développement durable des villages (note de 13 pages)

Pour moi, le lien étroit entre les transports et les territoires et leur organisation à toutes les échelles spatiales existe, puisque les transports influencent la localisation des activités (agricoles, industrielles, touristiques et de services), en fonction de la distance temps et de la distance coût. Dans ces conditions, les voies ferrées permettant des vitesses rapides aux alentours de 120 à 160 km/h, au lieu des vitesses moyennes au Mali que j’ai observé (20 à 50 km/h), pourront faciliter les trafics des trains de marchandises et de voyageurs, et contribuer à vivifier la vie socio-économique, du local au global, puisque tout …

Continue Reading

Mali : le gouvernement d’union nationale est il une bonne solution ?

L’idée d’un gouvernement d’union nationale, qui transcenderait les clivages Majorité-Opposition est un vieux rêve des politiciens Maliens. . Ah le beau gouvernement, où on ne trouve que des personnalités prises pour leur étiquette et non pour leur compétence . Régulièrement, le mythe est réactivé, à coup de propositions surprenantes, de transfuges. A l’époque, c’était avec ATT. C’est aujourd’hui Soumaïla Cissé qui caresse l’idée dans le sens du poil. Il est vrai que l’électeur de l’opposition est particulièrement sensible à cette belle utopie. Car cette idée, si séduisante sur le papier, est une idiotie dans la pratique. Sur un programme, on peut …

Continue Reading

Mali : inutilité de nos commentaires politiques

Nous arrivons à un nouveau stade de dévitalisation de ce qu’on appelle “le monde politique” au Mali. Les maires, députés et ministres, ont de moins en moins de pouvoirs et de leviers d’action. Le pouvoir d’Etat, au Mali, ne décide plus des grandes orientations et doit composer avec d’autres lieux de pouvoirs comme l’ONU ou la communauté internationale. Quand on veut vraiment faire avancer des idées, et faire en sorte que “le Mali soit meilleur”, devenir député ou ministre, ce n’est plus le passage obligé. Je crois de moins en moins à la capacité d’agir des élus. Ils sont devenus …

Continue Reading

Mali: la mauvaise conscience nous aveugle

Au départ, il y a la colonisation Française qui a répandu et institutionnalisé un pouvoir fortement centralisé, rigide et inégalitaire. Répandu par les administrations, ce schéma attribuait au gouvernants de Bamako un sentiment de supériorité. Il a subsisté après l’indépendance. Le régime de Moussa traoré (1968-1991)  justifiait désormais le pouvoir de l’aristocratie sur  la masse paysanne, avec les pires conséquences. Les démocrates de 1991 se prétendaient la négation radicale de cela. Jetant l’opprobre sur l’histoire antérieure et cultivant la vigilance « anti négationniste », ils prétendaient construire un nouveau Mali, unanime cette fois, qui, par delà la funeste période coloniale …

Continue Reading