Mali : le gouvernement d’union nationale est il une bonne solution ?

L’idée d’un gouvernement d’union nationale, qui transcenderait les clivages Majorité-Opposition est un vieux rêve des politiciens Maliens. . Ah le beau gouvernement, où on ne trouve que des personnalités prises pour leur étiquette et non pour leur compétence . Régulièrement, le mythe est réactivé, à coup de propositions surprenantes, de transfuges. A l’époque, c’était avec ATT. C’est aujourd’hui Soumaïla Cissé qui caresse l’idée dans le sens du poil. Il est vrai que l’électeur de l’opposition est particulièrement sensible à cette belle utopie. Car cette idée, si séduisante sur le papier, est une idiotie dans la pratique. Sur un programme, on peut …

Continue Reading

Mali : inutilité de nos commentaires politiques

Nous arrivons à un nouveau stade de dévitalisation de ce qu’on appelle “le monde politique” au Mali. Les maires, députés et ministres, ont de moins en moins de pouvoirs et de leviers d’action. Le pouvoir d’Etat, au Mali, ne décide plus des grandes orientations et doit composer avec d’autres lieux de pouvoirs comme l’ONU ou la communauté internationale. Quand on veut vraiment faire avancer des idées, et faire en sorte que “le Mali soit meilleur”, devenir député ou ministre, ce n’est plus le passage obligé. Je crois de moins en moins à la capacité d’agir des élus. Ils sont devenus …

Continue Reading

ORTM : Le père Noël est parti avec Sidiki N’Fa Konaté

Le journaliste Salif Sanogo a été nommé directement patron de l’ORTM (audiovisuel public) en conseil des ministres, et non plus par appel à candidature. Immédiatement, Le choeur auquel doit se joindre tout démocrate qui se respecte a entonné l’air de l’atteinte à la liberté de l’ORTM. Cependant les temps ont un peu changé depuis. Sous Sidiki N’Fa Konaté, l’information ne passait que par la presse écrite et par l’audiovisuel public. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, où l’offre est surabondante et très diverse et de ce fait incontrôlable par le pouvoir politique. Salif Sanogo serait bien en peine d’arriver à contrôler la …

Continue Reading

Les cent jours de Soumaila Cissé

Sans doute était-ce dû à la fraicheur de la nuit, mais je viens de faire un rêve terrifiant. J’ai rêvé que cela faisait cent jours que Soumaila Cissé avait été réélu et  avait prêté serment devant la cour constitutionnelle du Mali le 4 septembre 2018. C’était effrayant de réalisme. Juste après sa très courte victoire du second tour, trois ou quatre décimales au-dessus de 50%, il avait déclaré qu’il changerait de style et que la corruption au Mali, c’était terminé.   Soumaila Cissé réélu pensait que son challenger malheureux Ibrahim Boubacar Keita n’avait finalement pas tort, qu’une révision de la …

Continue Reading