Ne nous lamentons pas, organisons-nous

Le titre de ce billet est repris de la phrase que prononça Joe Hill, syndicaliste américain d’origine suédoise, en 1915 devant le peloton qui allait l’exécuter : « Don’t mourn, organize ! / Ne vous lamentez-pas, organisez-vous ! » Le gouvernement du Mali ne contrôle plus rien, c’est la France qui décide. Nous savons maintenant contre quel pouvoir lutter, même si nous devons dans le même temps trouver le moyen de réduire l’impact de la corruption et de la mauvaise gouvernance au Mali. Un front social, oui, c’est ce qu’il faut construire. Commençons d’abord par reprendre le problème à la base : comment on s’organise ? …

Continue Reading

Mali : il faudra bien trouver des solutions…

La fin de l’année risque de s’annoncer très tendue pour le président Ibrahim Boubacar Keita. La fin n’est peut-être plus très loin. Le climat social est très dégradé, et le chef de l’Etat, s’il a pu stabiliser sa situation politique à l’issue de la signature de l’accord politique avec une partie de l’opposition, il n’a pas réussi à remonter la pente et à reprendre l’initiative face aux terroristes. Le dialogue national s’annonce très mou, et le président n’arrive pas à prendre la main.  Il multiplie même les erreurs, montrant qu’il n’a pas tiré toutes les leçons de ses déboires.   Une …

Continue Reading

Je suis très inquiet sur la manière dont le pouvoir en place va gérer la sortie du dialogue national inclusif

Le “dialogue national inclusif”, lancé par le chef de l’État pour calmer la colère des maliens, approche de sa fin. Les dernières contributions seront déposées la semaine prochaine, et bientôt, une synthèse arrivera, avec derrière, des propositions de réformes formulées par le chef de l’État, seront annoncées. Est-ce que tout cela suffira à répondre aux attentes des maliens ? Rien n’est moins sur. Et pourtant, l’enjeu est énorme, car si Ibrahim Boubacar Keita n’arrive pas à prendre la main, je ne sais pas où va aller le pays. La tâche qui attend le chef de l’État est titanesque, pour ne pas dire …

Continue Reading

Mali : existe-t-il un coup d’Etat démocratique?

Généralement, les putschs sont vus comme l’antithèse d’un processus démocratique, une force politique brutale menée par les armes plutôt que par les urnes. Le président Ibrahim Boubacar Keïta déclare que le Mali était en guerre, mais que les Maliens ne devraient pas en déduire la possibilité d’un coup d’Etat militaire. “Le Mali, plus que jamais, a besoin de solidarité, a besoin de se resserrer, n’a pas besoin d’élucubrations des nostalgiques du putsch”, a-t-il dit dans un enregistrement diffusé par la présidence malienne. Selon la loi américaine, souvent contournée, des aides financières ne peuvent être versées aux gouvernements qui s’emparent du pouvoir …

Continue Reading